Logo Alindo2015 Bandeau Social Media Rejoignez-nous sur Google Plus
 

Temples, Sites & Village du centre

La région la plus visitée tout simplement.

Autour de Ubud se trouvent les sites les plus connus, donc ceux auxquels on donne la priorité. La liste est longue. Si vous ajoutez à cela les villages d'artisanat (plus ou moins) locaux tels Kesiman, Mas, Celuk, Batubulan ou Ubud soi-même, de très jolies rizières, une forêt de Singes, vous voilà déjà à la tête de trois ou quatre journées d'activité très «dodues» .

Ubud abrite quatre très jolis musées, un marché sympa, sans compter des spectacles de nuit, et l'ambiance de restaurants cool. En plus, Ubud est un peu en altitude et la température y est plus agréable. Enfin, Ubud est plus près de tout...

Aller direct à Ubud dès la sortie de l'avion ??? Pourquoi pas !..

 

Goa Gadjah

Goa Gadjah

Goa Gajah est plus connu sous le nom de la grotte de l’éléphant. Datant du XIème siècle, construit à l’intersection de deux rivières, ce temple est un des plus anciens sites archéologiques balinais. En 1995, ce site a été ajouté au patrimoine mondial de l'UNESCO. La façade de la grotte est une sculpture de diverses créatures et de démons menaçants. A proximité on trouve des bains rectangulaires, avec six statues de femme portant un vase au niveau du ventre, crachant un filet d’eau qui aurait la propriété magique de conserver votre jeunesse.


Sangeh Monkey Forest

FORETS DES SINGES

Sacred Monkey Forest est une réserve naturelle où le macaque est le Roi. Peuplée par plus de 500 singes, elle abrite trois temples et même un cimetière. Les singes font l’objet d’une vénération: ils évoluent donc en toute liberté dans ce sanctuaire. Lorsque vous y pénétrez, surveiller vos affaires car malgré leur air de petits anges, les singes peuvent parfois s’avérer agressifs ou chapardeurs… La forêt fait partie du village de Padangtegal. La Padang Tegal Wana Fondation gère ce site. Son but est de maintenir son intégrité sacrée et à la promouvoir non seulement pour ses singes mais aussi pour sa grande biodiversité.


Yeh Puluh

Yeh Puluh Ubud

Falaise de Yeh Puluh enterrées sous une épaisse végétation, les bas-reliefs expressifs de Yeh Pulu se dressent sur 25 m de long à deux kilomètres du site de Goa Gadjah. Sculptés au XIVe siècle à même la falaise, près d'un puit sacré, les scènes représentent la vie quotidienne, l'activité de la chasse, mais le sens réel de cette oeuvre reste indéterminé. Depuis sa découverte en 1925 par Nieuwenkamp, les bas-reliefs ont malheureusement soufferts de l'érosion.

 

Gunung Kawi

Pura Luhur Batukaru

Probablement le site le plus impresionnant: près de 200 marches à descendre (et presqu'autant à remonter) au milieu des rizières pour découvrir neuf tombes creusées dans la falaise: les tombes de la famile du roi Wungsu et quelques grottes d'ermite perchées cà et là un peu plus haut dans la falaise. Un petit temple magnifique complète la visite de Gunung Kawi.
Attention, les 180 marches sous le soleil risquent de laisser des traces...


Tirta Empul. Tampaksiring

Tirta Empul

Dans la région de Tampaksisring, Tirta Empul est vénéré par les Balinais hindouistes. Le temple abrite les sources sacrées  aux pouvoirs magiques. Les sources seraient la volonté du dieu Indra. Selon la légende, après avoir déclaré la guerre au roi Maya Denawa, Indra aurait fait jaillir cette source en frappant un rocher, alors que ses troupes avaient succombé à un piège tendu par le démon. Il fit sortir un élixir d’immortalité. But d’un pèlerinage annuel, Tirta Empul alimente également des bains publics. Selon d'autres légendes les eaux auraient des propriétés miraculeuses.
Le temple est un endroit tranquille où règne la paix.

Pura Ulun Danu Batur

Pura Ulun Danu Batur

Construit en 1926, le temple d’Ulun Danu Batur est dédié à Dewi Batari Ulun Danu, la déesse des lacs. Un énorme complexe de neuf temples qui comprennent 285 sanctuaires et pavillons dédiés essentiellement aux dieux et déesses de l’eau.
A ne pas confondre avec l'autre Ulun danu, situé à Bedugul, au bord du lac Bratan.



Volcan Batur

Volcan Batur

Incontournable panorama, photographié des millions de fois mais toujours aussi beau lorsque le soleil est de la partie. La caldera du Batur mesure 12 kilomètres de diamètre, ce qui en dit long sur le volcan à l'origine et de l'explosion qui a provoqué ce gigantesque cratère... Deux cônes surplombant un immense lac, témoignent d'un passé turbulent et actif: à trois reprises, le Batur s'est réveillé au cours du XX° siècle, preuve bien vivante que la chaîne des cratères passe aussi par l'île aimée des dieux...


   

Pura Sebatu Gunung Kawi

Pura Sebatu Gunung Kawi

Sebatu Gunung Kawi (à ne pas confondre avec l'autre Gunung Kawi) est accolé à une magnifique colline couverte d'une végétation exhubérante: fougères arborescentes et grands arbres composent un décor particulier à ce temple aux nombreux bassins. La partie centrale du temple se compose de nombreux tempions très finement décorés. Sebatu est un lieu propice pour se poser quelques instants et admirer la beauté du lieu.

 

Pura Kehen Bangli

Pura Kehen Bangli

Dans un somptueux décor végétal se trouve Pura Kehen, le temple des morts. Considéré comme une version miniature de Besakih, il est l'un des temples les plus vénérés de l'île. Il est lui aussi construit à flanc de colline et comporte seulement trois niveaux. Le sanctuaire se compose de nombreux petits pavillons et d'une belle tour à onze Merus.
L'entrée se fait par un escalier monumental gardé par deux éléphants. Il conduit à une splendide porte dominée par une tête de Démon. Au milieu du temple se trouve un majestueux banian que l’on aperçoit de loin et qui abrite le kulkul, le tambour d'alarme et d'appel à la prière. Une halte majeure s'impose..


 

Trunyan

 
Trunyan
Trunyan est aujourd'hui un village très visité. L'ambiance s'en ressent beaucoup mais il faut garder à l'esprit que les habitants pratiquent (le plus discrètement possible quand ils sont importants à leurs yeux), des rites anciens à forte influence animistes: le plus connu est le rite de la mort: les runyanais n'enterrent pas leurs morts mais les laissent à ciel ouvert, ce qui explique la présence dans le « cimetière » de crânes humains. D'autres villages au passé très anciens, pratiquent des rites plus « anciens » que les balinais eux-mêmes.